18 octobre 2005

Epizootie

 

Vous l’avez certainement remarqué, mais depuis quelques semaines, la classe politique française s’agite et se trémousse au son de la ritournelle : « moi aussi, moi aussi, je suis candidat à la présidence de la République ». Le dernier recensement dont j’ai pris connaissance parle de 14 candidats. Et ce, plus de dix-huit mois avant l’élection. Si on regarde de plus près, on voit clairement que depuis le début de cette épizootie – euh pardon, de ce phénomène – le nombre de candidats déclarés d’un mois donné est le double du mois précédent. En clair, le premier mois, 2 candidats, le second 4 (2 puissance 2), le troisième 8 (2 puissance 3). C’est ainsi que nous en sommes arrivés à 14.

Si on applique cette progression géométrique sur les dix-huit mois à venir, on atteint alors le chiffre faramineux de 2 puissance 21 candidats qui se déclareront le dernier mois de cette période, soit environ deux millions et cent mille autoproclamations de candidature. J’ai renoncé à faire l’addition de tout cela, tout ce que je peux dire c’est que ça fait beaucoup, et même trop. Voire même beaucoup trop.

Je vous laisse imaginer le nombre de forêts qu’il faudra pour fabriquer le papier nécessaire pour imprimer les affiches, affichettes, prospectus, flyers et autres gracieusetés que vous retrouverez dans vos boites aux lettres. Je vous laisse imaginer les heures d’ennui devant la télé diffusant à longueur de semaine les spots officiels de cinq minutes de chacun des candidats. Je vous laisse imaginer la gueule des bureaux de vote. Je vous laisse imaginer, imaginer, imaginer tout ça...

C’est donc à contre coeur que je dois vous faire part de ma décision. Elle me pèse et j’en suis sûr vous attristera. Mais il ne m’est pas possible de faire autrement : je ne serai pas candidat à la magistrature suprême en 2007.

N’insistez pas, c’est non.

Car en plus des forêts, de la télé et des affiches, il est une image insupportable qui se profile : c’est un second tour Le Pen - Besancenot.

De quoi donner envie d’émigrer fissa en Papouasie non ? Et pourtant, ce n’est pas que du cinéma. Imaginons la scène. Rien que quatorze candidats. Le tandem infernal ci-dessus peut totaliser 35% à eux deux, ce qui laisse 65% à partager entre la droite et la gauche, soit 32 % à diviser en 6 candidats de chaque coté, euh, oui, ça fait un chouille de plus que 5 % par candidat. Donc, Le Pen à 20, Besancenot à 15, les autres à 5, ils dégagent tous, et là pas question d’envoyer des SMS pour dire qu’on veut garder Fabius ou Sarko. C’est pas la Star’Ac.

Alors, alors me direz vous ? Et bien, malgré mon programme en acier inoxydable, la retraite à 45 ans si vous voulez, le SMIC à 4.000 euros, la sécu florissante, la France grandiose, des toits pour les mal nourris, l’essence non polluante à 2 euros les cent litres, la fin de la connerie humaine, la balance commerciale qui arrête de pencher, la réconciliation planétaire et j’en passe... Et bien malgré tout ça, je renonce à me présenter.

Et je vous en conjure, renoncez, vous aussi !

 

Posté par pitch trim à 21:05 - - Commentaires [1] - Permalien [#]


Commentaires sur Epizootie

    ben dis donc

    c'est presque à faire peur..
    Et si MOI je me présentais?
    Tu en dirais quoi?
    Ca vaut mieux que ton tandem qd même hein?

    Posté par coumarine, 18 octobre 2005 à 22:12 | | Répondre
Nouveau commentaire